En ouverture du cycle Louis Malle

Mardi 6 décembre à 20h30

ASCENSEUR POUR L'ECHAFAUD de Louis Malle avec Jeanne Moreau et Maurice Ronet

Séance suivie d'une rencontre avec l'actrice Alexandra Stewart et Volker Schlöndorff, cinéaste récompensé de la Palme d'or en 1979 et ancien assistant réalisateur de Louis Malle.

Séance à 5€ avec le Pass Culture (réservations duo acceptées)

L’histoire a retenu Ascenseur pour l’échafaud en grande partie grâce à la contribution de Miles Davis, qui improvisa la musique du film devant les images qu’on lui projetait. La trompette du génial jazzman accompagne la déambulation nocturne de Jeanne Moreau à la recherche de son amant, perdue dans un Paris pluvieux. Cette errance urbaine qui enregistre sans artifice le visage défait de la jeune femme marque un tournant dans le cinéma français. Le tournage de ces séquences fut rendu possible par l’utilisation de la nouvelle pellicule Kodak Tri-X qui permettait des prises de vues sans apport de lumière. Le travail de Henri Decae, directeur de la photographie de Melville et de Chabrol (Le Beau Serge, sorti en 1958 comme Ascenseur pour l’échafaud), qui signera les images des Quatre Cents Coups l’année suivante, anticipe celui de Raoul Coutard sur les premiers films de Godard. [...]Jeanne Moreau, filmée (amoureusement) comme aucune autre femme avant elle, fait entrer Ascenseur pour l’échafaud dans la modernité, et nombreux seront les spectateurs et cinéastes – Antonioni le premier – à s’en rendre compte. - Olivier Père - Arte